Giua et Monique Tréhard Chansons de Femmes

Pour cette 4éme édition, nous avons invité deux personnalités différentes mais affirmées, l'une a une carrière prometteuse, l'autre un parcours affirmé de plus de 45 ans ; l’une nous vient de la Méditerranée, l’autre de Haute-Savoie. 

Maria Pierantoni Giua, jeune guitariste, auteure-compositrice-interprète et peintre est née à Rapallo près de Gênes. Après avoir débuté tout naturellement comme interprète de Fabrizio De André, mais aussi de  Umberto Bindi , Bruno Lauzi, Giorgio Gaber, Francesco De Gregori, elle a collaboré avec des artistes importants comme Avion Travel, Riccardo Tesi, Pippo Pollina, le guitariste Armando Corsi dont elle a été l’élève et la chanteuse  brésilienne Adriana Calcanhotto. Très présente sur la scène musicale, elle a également mené à bien plusieurs projets dans le monde du théâtre en Italie et à l’étranger (le Festival des Deux Mondes de Spoleto, le Barnasants Festival de Barcelone, le Teatro della Tosse et le Teatro Stabile de Gênes). En 2014 elle a fondé avec d’autres  la chorale multiethnique le « Coro Popolare della Maddalena » impliquant  les habitants du quartier éponyme de Gênes ; très récemment,  elle a monté un spectacle autour des chansons de De André et des textes de Pasolini. Sa carrière de « cantautrice » lui  a déjà valu  plusieurs prix (Premio Lunezia, Festival de Castrocaro, Premio Recanati, Mantova Music Festival). Dans les prochains jours  sortira son quatrième  album   «  e improvvisamente » qu’elle  nous proposera à Bourgoin-Jallieu et dont elle a composé la plupart des textes et toutes les musiques. Très latine, elle chante l’amour, l’attente, le silence, les espoirs et les craintes de sa génération.

Elle sera accompagnée au violoncelle par Stefano Cabrera arrangeur et compositeur, diplômé du Conservatoire de Gênes, membre du Gnu Quartet Jazz et collaborateur des Violoncellistes de la Scala.

Cela nous promet une soirée raffinée bien dans la tradition de la chanson d’auteur génoise.

Monique Tréhard a été formée aux cabarets rive gauche et se décrit volontiers comme une chanteuse populaire. Monique  c’est une carrière avec les mots des autres ; des chansons  qu’elle interprète (elle considère son travail d'interprète comme une activité créatrice à part entière), des textes qu’elle met en musique ou qu’elle dit  et puis plus récemment des chansons qu’elle compose.  C’est également  2 300 passages  scéniques aussi bien en France qu’à l’étranger, 700 chansons interprétées  et 11 disques ; chanteuse et comédienne, c’est 30 spectacles créés et des participations à diverses créations théâtrales ; pédagogue, elle organise des stages et effectue un travail de fond avec les jeunes et des interventions en milieu scolaire, elle est très fière de cette Marseillaise des enfants créée avec  des élèves d’écoles de Haute-Savoie. Le 12 mars, elle demandera l’asile poétique,  « ce spectacle est, en sorte, un concerto pour deux voix, un piano et un violoncelle où le poétique honore le politique, mais c'est avant tout un spectacle qui revendique le droit à la beauté, à la bonté, à l'intelligence».

Elle sera accompagnée au violoncelle par Cécile Pérot, aussi à l’aise dans la musique contemporaine que baroque, elle est enseignante au conservatoire de Bellegarde.

chansons italie

Maison du Département 18, avenue Frédéric Dard, 38300 Bourgoin-Jallieu